Galerie Perrotin

le flyerLes élèves de 1L (1ère Baccalauréat Professionnel LOGISTIQUE) et 1T (1ère Baccalauréat Professionnel TRANSPORT) sont allés visiter l’exposition « Happy Birthday –Galerie Perrotin » au Tri Postal de Lille, le jeudi 07 novembre 2013 après-midi. Cette sortie était à l’initiative de Mme MEDJKOUNE (Professeur d’Arts Appliqués). Mesdames LANTEN Professeur de Transport) et NOYELLE (Professeur de Logistique) ont accompagné leurs élèves.

La visite d’une exposition d’Art Contemporain ne s’improvise pas ! Afin de comprendre les œuvres présentées, il était nécessaire de définir certaines notions. En classe, nous avons pu préparer la visite et faire le lien avec le cours d’IEJ.

Qu’est-ce qu’une œuvre contemporaine ?

« Pour la législation douanière, sont considérées comme contemporaines, dans le cadre de la procédure d’exportation, les œuvres d’artistes vivants, ou si les artistes sont décédés, leurs œuvres datant de moins de 20 ans. »

Qu’est-ce qui fait la réputation d’un artiste d’Art Contemporain ?

Au sens économique, le marché est le lieu de rencontre où les offres des vendeurs rencontrent les demandes des acheteurs qui s’ajustent à un certain prix. Ainsi, en cours d’IEJ, nous l'afficheabordons régulièrement le marché des biens et services, le marché des biens de production, le marché des biens de consommation… Avec la visite de l’exposition, les élèves ont
pu faire le lien avec le marché des œuvres d’Art Contemporain. Ils ont pu identifier les offreurs : les artistes et les demandeurs : les clients. Ils en ont déduit pourquoi le prix d’une œuvre peut-elle atteindre des sommes très élevées (rareté de l’offre et la demande, notoriété des artistes…). Encore fallait-il aborder la notion de « marché » plus concrètement .

Où peut-on acheter des œuvres d’Art Contemporain ?
Le titre de l’exposition nous donne un indice avec « la galerie Perrotin ». La galerie d’art est un lieu public ou privé qui met en valeur des œuvres d’art. Celle d’Emmanuel PERROTIN (Photo ci-dessous) est l’une des plus célèbres et porte le nom de son fondateur. Il a contribué à la notoriété d’artistes comme Takashi Murakami, Damien Hirst…dont certaines œuvres sont exposées au Tri Postal. Sa galerie parisienne fête, cette année, ses 25 ans. Depuis 2004, ce galeriste français a ouvert d’autres galeries portant son nom à Miami, Hong Kong, et New York. Enfin, on ne peut pas aborder une exposition avec comme seul critère d’analyse, celui de la beauté. En effet, celui-ci est subjectif et personnel. Les artistes d’art contemporain ont une démarche spécifique qui invite le spectateur à réfléchir. Leurs œuvres sont le fruit d’un un projet artistique qui vise à dénoncer, critiquer, avertir sur certains faits de société (Cf Elmgreen & Dragset qui dénoncent la société de consommation, avec leur Rolls enduite de goudron et de plumes). Parfois, ils recherchent à établir un lien social (Cf JR, avec ses collages photographiques), à exprimer leurs obsessions dérangeantes (Cf Damien Hirst pour ses œuvres morbides), à provoquer (Cf. Maurizio Cattelan avec son cheval naturalisé), à développer un langage visuel (cf l’installation éphémère de de Farhad Moshiri, composée de couteaux), etc. Au cours de la visite, les élèves ont été confrontés à toutes ces réflexions.

LA VISITE PEUT COMMENCER….

Nous sommes arrivés pour la visite guidée au Tri Postal pour 15 heures, après avoir emprunté la liane 91 du réseau de transport en commun de Transpole. En attendant le médiateur, Madame MEDJKOUNE distribue aux élèves un travail à réaliser au cours de la visite, sous forme d’un questionnaire. L’objectif, pour chacun des élèves, est de choisir une oeuvre présentée qui leur a plu ou déplu. L’élève devait présenter l’artiste, décrire l’œuvre et expliquer son choix. Ce travail sera réinvesti par Madame MEDJKOUNE en cours  d’accompagnement personnalisé et d’arts appliqués. Le médiateur nous accueille et nous averti sur la bonne conduite à tenir pendant la visite. Il nous explique, notamment, que certaines œuvres ne peuvent être photographiées, comme celles de Takashi MURAKAMI. (Je vois d’ici la déception des adhérents du club Mangas !!)

Disgrace est une œuvre de Mickael Elmgreen et Ingar Dragset, artistes Danois. Ils présentent une Rolls Royce enduite de goudron et de plumes. La voiture est le symbole d’aisance et de pouvoir. Le goudron et les plumes renvoient au sort que l’on réservait aux bandits du Far West. Ce détournement des sens nous interroge sur la société actuelle, la fraude fiscale par exemple.

Jean-Michel OTHONIEL et ses sculptures de verre, est un artiste français. Il explore les formes, les couleurs. Le verre compose ses œuvres épurées et poétiques. Cet artiste s’intéresse à la géométrie et à l’abstraction. Il a été retenu pour créer une fontaine au Château de Versailles en 2014.

Une salle est consacrée au travail du français Bernard FRIZE, qui retrace les 13 peintures peintes entre 1980 et 2012. Il travaille sur la couleur et l’image.

L’œuvre d’un artiste italien provocateur : Maurizio CATTELAN. INRI est l’acronyme de l’expression latine signifiant « Jésus de Nazareth, roi des Juifs », qui est aussi un symbole fort de l’histoire de l’art. Mais que signifie ce symbole placé sur un cheval mort ? L’artiste s’intéresse, ici, à la réceptivité, au regard du spectateur.

En empruntant l’escalier qui mène aux étages, nous découvrons une œuvre in situ du français Guy LIMONE : Tapisserie rose, blanc et noir qui recouvre l’ensemble de la cage d’escalier. C’est un artiste qui collectionne et accumule des milliers de prospectus, étiquettes, flyers, coupures de presse avant d’en faire des collages qu’il appelle des « peintures d’images »

JR est un artiste français qui souhaite rester anonyme. Son travail vise à créer un lien social en exposant dans les rues du monde entier, ses collages photographiques de personnes anonymes. Il veut attirer l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement et traite les thèmes de la liberté, de l’identité.

Pour terminer cet article sur une note d’humour, voici le travail d’un collectif d’artistes viennois regroupés sous le nom de GELITIN. Ils travaillent à partir de matériaux de récupération et forment des sculptures. Ils font partager le spectateur, en proposant à Lille, de véritables costumes de cavaliers, qu’il est possible de réserver pour la visite (sur réservation le samedi et le dimanche) !

Nous sommes repartis vers 16 heures. Les élèves ont reçu une entrée gratuite leur permettant de revenir visiter l’exposition avec leurs parents. Encore une visite enrichissante pour nos élèves qui ont eu une attitude exemplaire tout au long de la sortie.

Limone

les élèves devant une oeuvre de Tatiana Trouvé

l'accueil à l'expo

JR

Gelitin

Gelitin les chevaux

Frize et la couleur

Elmgree n & Dragset disgrace, 2007

élèves accueil

Bernard Frize

un lieu d'étonnement

Othoniel oeuvre rouge et blanche

Othoniel oeuvre noire et blanche

Nos élèves et leurs professeurs

Maurizio Cattelan Untitled, 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce jour-là, ils ont côtoyé les stars de l’art contemporain !

Mme Fanny NOYELLE
Enseignante en Logistique